Alcools
Publication 1913
Genre et Registre Recueil
Genre Poésie
Durée 0:00
Nombre de Chapitre ou Parties 0
Date de l'édition 1913
Pays
Mots clé

Review

Guillaume Apollinaire (né Wilhem Albert Wlodzimierz Apolinary sz Kostrowicki), Appolinaire en réalité - jusqu’à sa naturalisation en 1916 - son 4è prénom) est un poète et écrivain français, né sujet polonais de l'Empire russe. D'après sa fiche militaire, il est né le 25 août 1880 à Rome et mort pour la France le 9 novembre 1918 à Paris.

Il est considéré comme l'un des poètes français les plus importants du début du XXè siècle, auteur de poèmes tels que Zone, La Chanson du Mal-Aimé, ou encore, ayant fait l'objet de plusieurs adaptations en chanson au cours du siècle, Le Pont Mirabeau.

Il fut le chantre de nombreuses avant-gardes artistiques de son temps, notamment du cubisme à la gestation duquel il participa, et poète et théoricien de l'Esprit nouveau, et sans doute un précurseur majeur du surréalisme dont il a forgé le nom.

"Et tu bois cet alcool brûlant comme ta vie

Ta vie que tu bois comme une eau de vie"

Le motif de l'alcool établit un parallélisme entre vie et poésie qui en lui se confondent en une même intensité ou brûlure. Au dépressif enivrement des buveurs d'absinthe et des fumeurs d'opium se substitue l'idée d'une euphorique ivresse collective. L'alcool d'Apollinaire n'est pas le baudelairien "vin du solitaire". Il rend plutôt possible une espèce d'ébriété cosmique, une inflammation lyrique, la saoulerie des "chants d'universelle ivrognerie."

Initialement appelé "Eau de vie" par Apollinaire, le projet d’"Alcools" est une anthologie retraçant son itinéraire poétique depuis 1888. Apollinaire y rassemble des poèmes anciens, aux accents symbolistes, mystérieux et faussement archaïques, des poèmes rhénans, des poèmes du renouveau écrits entre 1907 et 1911 et publiés dans diverses revues et des poèmes plus récents, encore inédits. Agencé selon un principe thématique et poétique plutôt que chronologique, dépourvu de toute ponctuation et orné d’un frontispice de Picasso, ce recueil connaît vite le succès. Les mots rares, les détails insolites, les ruptures de ton et de rythme charment le lecteur comme un puissant sortilège... et l’amènent à redécouvrir et à apprécier "Le Bestiaire" paru en 1911 et passé alors relativement inaperçu.

Deux lectures sont présentées ici : 

- celle du comédien Bernard METRAUX

- celle de Christian OLIVIER (Têtes Raides)

No more entries to show...

dans cette compilation

Chronologie

Automne (Alcools, 1913)

Automne (Alcools, 1913)

Guillaume Apollinaire
Bestiaire ou cortège d'Orphée (1911)

Bestiaire ou cortège d'Orphée (1911)

Guillaume Apollinaire

Fusée Signal (Nord-Sud, 1917)

Saltimbanques (Alcools, 1913)

Je me souviens de mon enfance

Mutations

Le repas